contact@enquetemedia.org

Affaires étrangères/ Quand la Diplomatie ivoirienne manque de câbles diplomatiques !

Partager l'article :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Elle (Diplomatie) a perdu son rayonnement, son lustre, sa fougue et sa reconnaissance internationale. Plus aucune nation ne prend au sérieux le passeport rouge Bordeaux, qui jadis, était le gage d’appartenir à une nation qui compte. Depuis maintenant 10 ans, c’est la désolation. Sous le sceau diplomatique, des diplomates -non de ceux qui y sont arrivés par la reconnaissance de faits d’armes, mais de ceux qui sont sortis de l’Ecole Nationale d’Administration- ont bien voulu lever le lièvre.

Youssouf Bakayoko veut rétablir la norme…

Ce dernier a essayé tant bien que mal, d’assainir le secteur et le mode de délivrance des passeports diplomatiques et de service. Ainsi, plusieurs Libanais, des riches de la capitale, de San Pedro et de Daloa, ont vu leurs avantages disparaître. Plusieurs députés qui avaient réussi la prouesse d’obtenir des passeports rouges pour leur maîtresse, ont commencé dès lors, à revoir leur stratégie de villégiature … Après lui, suivant l’ordre chronologique, il a y eu Jean Marie Kacou Gervais, Alcide Djédjé, Daniel Kablan Duncan, Charles Koffi Diby et puis Albert Mabri Toikeusse.

Sous Mabri, de 1,5 à 3 millions de FCFA, selon la couleur du passeport !

A l’air Mabri Toikeusse, les passeports se négociaient, sous le manteau, à un peu plus de 3 millions FCFA pour les passeports diplomatiques (passeports rouges), et 1.5 million FCFA pour les passeports de service (passeports bleus). Sur un rapport des agents de la sûreté aéroportuaire, soutenus par une note diplomatique du Quai d’Orsay, Mabri Toikeusse a cédé sa place à Marcel Amon Tanoh, qui, il faut le reconnaître, a pu hisser la diplomatie ivoirienne sur un piédestal.

Ally Coulibaly et la déchéance !

Puis vint la « déchéance » avec Ally Coulibaly, auditionné en août 2011, trois heures d’horloge durant, dans un commissariat du 16 arrondissement parisien dans une affaire de mœurs impliquant une mineure de 16 ans. Nul n’est besoin de rappeler que c’est son statut d’Ambassadeur de Côte d’Ivoire près la République française qui lui a permis d’échapper à la Justice d’Outre-mer. Ce dossier gênant a été géré par le Président Sarkozy, et définitivement étouffé par le Président François Hollande. C’est en pleine crise de positionnement électoral que Ally Coulibaly va être parachuté comme Ministre des Affaires Étrangères.  Ce fut un boulet pour la République Éburnéenne. Et nous ne sommes pas sortis de l’ornière!

« LA RUPOSTE » et la décrépitude…

De déchéance en décadence, par pure reconnaissance, sans aucune expérience, la pensionnaire controversée du Ministère de l’Education Nationale, après avoir marqué de son… Français, l’école ivoirienne, hérite du prestigieux Ministère.

Dès son arrivée, « LA RUPOSTE » ne s’est pas fait attendre. Les nominations par « rattrapage », les affectations sur « commission ». En effet, il faut montrer patte blanche pour être affecté dans un poste voulu. Pire, elle a nommé son époux comme Consul de l’Etat de Côte d’Ivoire à New York. N’est-ce pas que désormais, les papiers toilettes US dont elle est tant friande, arriveront par la valise diplomatique ? Mais si ce n’était que ça ! Comment comprendre que les diplomates reçoivent leur affectation, après la rentrée scolaire et universitaire ? Conséquence, nombreux d’entre eux ont dû désinscrire leurs enfants dans le but du déménagement diplomatique, pour s’entendre dire qu’il n’y a plus de place pour lesdits enfants. Un véritable capharnaüm. Un casse-tête pour se réorganiser. Des épouses de diplomates ne suivront donc pas leurs époux ; elles devraient rester au minimum un an pour gérer les enfants. Ou, pour d’autres, se résoudre à partir avec leur famille et accepter une année de non-scolarité de leur progéniture. Les missions diplomatiques concernées seraient celles du Libéria, du Sénégal, du Mali, de l’Angola, du Gabon. Telle est la réalité du Ministère des Affaires Étrangères. Espérons qu’Alcide Djédjé pourra au moins lui qui est Diplomate de carrière et ministre délégué auprès de Kandia Camara, récurer les écuries de notre diplomatie !

LA REDAC’