contact@enquetemedia.org

Education Nationale/IEPP: Une solution inique pour regler une affaire injuste!

Partager l'article :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email
Ils sont 28 Inspecteurs de l’Enseignement Préscolaire et Primaire qui étaient sans poste de travail jusqu’à la semaine dernière. Les bruits de couloirs ont fini par devenir une réalité. Par l’arrêté 0015/MENA/CAB du 07 février 2022, le ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation a créé de toutes pièces le poste de chef de circonscription adjoint avec des attributions bien définies. Mais cet arrêté cache en réalité une grosse injustice.
Ces dernières années, on a assisté à des recrutements massifs par voie de concours des Inpecteurs d’Etablissements primaires publics (IEPP). Après  deux ans de formation à l’ENS (École Normale Supérieure). Ils sont appelés à diriger des circonscriptions en tant qu’Inspecteurs de l’enseignement Préscolaire et Primaire (IEPP). Malgré la création de nouvelles IEPP, les postes disponibles ne suffisent plus. Sans oublier qu’en 2016, dame Kammissoko alors ministre de l’Éducation nationale a procédé à la nomination de 64 inspecteurs de l’enseignement préscolaire et primaire sur des bases de militantisme et du relationnel. Sans passer par l’ENS pour la formation de deux ans, tous dirigent actuellement des circonscriptions.

Retour vers le futur!
Mais revenons. aux 03 IEPP de le promotion 2016-2018 qui n’ont pas été affectés! Dans l’avant dernière promotion, celle de 2018-2020, seulement 02 ont été affectés dont le dernier (au vu de la liste d’amis par ordre de mérite a l’ENS). Sur quelle base se font les affections ? La question reste posée. 41 IEPP ont été mis à la disponibilité du ministère de l’Education nationale, en janvier 2022. Et 208 IEPP sont encore en formation à l’ENS. Voici l’équation à plusieurs inconnues qui a favorisé la prise de l’arrêté instituant le poste de Chef de circonscription adjoint. Cet arrêté qui a fait  effacer beaucoup de tableaux. Certains y ont vu une solution alternative. Pour d’autres, c’est une injustice qui pourrait déboucher sur des conflits dans les inspections. Car ces dernières années, plusieurs témoignages font état du paiement du concours d’IEPP avec des sommes oscillant entre 03 et 05 millions de francs CFA. Après les frais exhorbitants de formation à l’ENS, les futurs inspecteurs espèrent un retour sur Investissement (RSI). Cet espoir s’évapore avec la création du poste de chef de circonscription adjoint. S’ils ont en tant qu’adjoints des titulaires ou Chefs qui n’ont pas le sens du partage, bonjour les conflits! Car il y a à boire et à manger dans les IEPP de Côte d’Ivoire. Nous y reviendrons!
Notons pour votre gouverne chers lecteurs, qu’il existe 296 inspections de l’enseignement préscolaire et primaire en Côte d’Ivoire.
LA REDACTION