contact@enquetemedia.org

SICOGI/ La signature de Bouaké Fofana vaut souvent de l’or et souvent, pas un sou !

Partager l'article :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

En 1972 et 1974, le Conseil de l’Entente a acquis auprès de la SICOGI une parcelle de terrain urbain, sise à Abidjan Cocody Sud, d’une superficie de 7609 m2, objet du titre foncier n°47 970 de la circonscription foncière de Cocody. Cette vente a été consacrée par un acte de vente reçu par Maitre Véronique Williams, notaire, à Abidjan.

A cette surface parcellaire vendue par la SICOGI, était rattachée une autre parcelle de terrain d’une superficie de 958m2 servant de parking. Ainsi, la surface totale acquise par le Conseil de l’Entente était de 8567m2. Cependant, la parcelle de 958m2, qui fait partie intégrante de la parcelle cédée à la SCI du Conseil de l’Entente, a été omise dans l’acte de vente de 1972 et 1974.

Ainsi, en vue d’avoir un acte unique de vente, la Société Civile Immobilière du Conseil de l’Entente s’est rapprochée de la SICOGI pour fusionner les deux parcelles de 7609m2 et 958m2. Dans ce sens, la SCI du Conseil de l’Entente a introduit un acte rectificatif de vente auprès de la SICOGI pour corriger la surface totale acquise. Cet acte rectificatif de vente a été signé par Monsieur Bouaké Fofana, alors Directeur Général de la SICOGI.

Acte rectificatif de la vente au profit du Conseil de l’Entente Fusion

Avec cet acte rectificatif de vente signé par la SICOGI, le Conseil de l’Entente pouvait alors entamer les démarches de création du titre foncier. Toutefois, grande a été la surprise de la SCI du Conseil de l’Entente de ne pouvoir créer de titre foncier sur la parcelle servant de parking et faisant partie intégrante de l’espace acquis. Après quelques investigations, le Conseil de l’Entente voit sa demande de création de titre foncier sur le terrain de 958m2 être rejetée par la Conservation Foncière au motif qu’il y aurait un double- emploi avec un autre acte de vente signé par M. Bouaké Fofana, cette fois au profit de la Société Civile Immobilière Sakina (SCI Sakina) sur le même terrain.

En somme, bien qu’ayant lui-même signé l’acte rectificatif de vente au profit de la SCI du Conseil de l’Entente, M. Bouaké Fofana a tout de même signé un autre acte de vente, sur le même terrain, au profit d’une autre structure à savoir la SCI Sakina qui, pour rappel, est déjà impliquée, tout comme ‘’Twins Immobilier’’, dans plusieurs litiges sur des terrains vendus à son profit par le même manager. Dans ce litige c’est un peu comme si le corps d’un homme lui appartiendrait jusqu’à la hanche, et que ses parties inférieures relèveraient d’une autre personne quand bien même ce serait la même personne et qu’elles formeraient un ensemble parfait avec les parties supérieures ! Si vous avez compris cette allusion, c’est que vous pourrez faire la distinction entre la valeur de ces deux signatures…

LA REDAC’