contact@enquetemedia.org

Dépossession des Terres/ Le tribunal de Bouaké déboute un «agresseur professionnel»!

Partager l'article :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

La Cour a confirmé, le mardi 29 mars 2022, que le délit invoqué et pour lequel les chefs du villages de Niambrun et d’Assakra et bien d’autres étaient poursuivi n’était nullement constitué et établi, selon une source judiciaire.
Ces chefs de villages étaient accusés d’avoir défendu la terre de leurs ancêtres d’un « agresseur professionnel » se disant propriétaire de plus 2500 hectares des parcelles desdits villages déguerpis par l’Avènement de la Vallée du Bandama (AVB).
Les juges avaient vidé le délibéré et déclaré les chefs non couplables des faits qui leur sont reprochés depuis juin 2021.

Facteur de tension 

« La dépossession de terres reste un facteur clé des tensions intercommunautaires et des violences au niveau local dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. La loi de 1998 relative au domaine foncier rural, conçue pour améliorer la fiabilité de la propriété foncière en convertissant les droits coutumiers en titres légaux, reste dans l’ensemble très peu appliquée» , explique Human Rights Watch.
( Suite )

LA REDC’