contact@enquetemedia.org

Conseil Coton Anacarde (CCA) : « Il n’y a pas de sacs, revenez demain » !

Partager l'article :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Au Conseil coton anacarde (CCA), que de problèmes à l’image de la filière café cacao ! En effet, il y’a un réseau de mafieux qui sévit au sein du CCA concernant les ventes des produits phyto destinés aux coopératives pour le café cacao et des sacs de jute, pour le cajou, au CCA. A telle enseigne que l’on se demande si cette dernière structure au lieu d’agir en faveur des planteurs, leur mènerait au contraire, une vraie concurrence. Il y’a à manger et à boire dans la filière coton et anacarde, et chacun essaie d’en profiter.  Pour cette fois, @enquetemedia s’attardera sur la sacherie.

Que de procédures pour un agrément !

Au CCA à chaque campagne pour le renouvellement de l’agrément, il faut déposer une montagne de papiers sans oublier de se mettre à jour auprès du fisc. Il faut donc payer 25 mille FCFA à la banque pour une coopérative de planteurs, 100 mille F CFA pour une coopérative de personne physique autre que les planteurs et 5 mille FCFA par pisteur…. Bien entendu vous payez autant de fois la somme de 5 mille FCFA que vous avez pisteurs, dont le nombre dépend, bien évidemment, de vous. Après ce paiement, il faut payer encore 150 mille FCFA pour récupérer votre agrément et un kit constitué de carnets de reçus d’achat, 10 fiches de transfert, et 1500 sacs. Et encore, si vous receviez ces sacs !

« Il n’y a pas de sacs, repassez demain !»

Ironie du sort alors qu’elles ont un agrément en bonne et due forme et déboursent la somme pour, il y’a des coopératives qui n’ont jamais reçu de sacs depuis leur existence. Pour en avoir et malgré les 150 mille FCFA déjà payés, il faut encore, débourser 150 mille à 200 mille FCFA afin de recevoir les sacs qui vous sont destinés. À chaque appel ou passage à la direction régionale du CCA, les producteurs s’entendent dire qu’il n’y a pas de sacs. Mais les mêmes sacs sont vendus au marché noir à des Indiens, Chinois qui sont dans le domaine de l’achat. Quand on sait aujourd’hui qu’un sac coûte 850 FCFA sur le marché, certains agents véreux préfèreraient vendre aux producteurs les sacs qui leur sont destinés donc leurs sacs, que de le leur donner.

Faites un simple calcul : 1500 sacs x 850 FCFA sans oublier le nombre de coopératives que regorge ce Conseil. Une véritable manne financière parallèle, en somme. Et les coopératives agrées sont obligés d’acheter ces mêmes sacs au marché afin de pouvoir faire leurs changements. Dans l’une des régions productrices, il y’a un responsable du CCA chargé de la distribution de sacs qui s’achète une grosse voiture à chaque campagne. @enquetemedia le dénoncera, incessamment !

Ecoutons l’un des présidents de coopérative,  se confier à @enquetemedia: « Lors de ma dernière tentative pour récupérer mes sacs,  la Délégué régionale m’a fait savoir que nous pouvions aller nous plaindre ou nous voudrions mais il n’y a pas de sacs pour nous. Or ses connaissances et parents reçoivent leurs sacs aux yeux et au su de tous. » Cette première publication sur cette mafia est juste un avertissement.  @enquetemedia se réserve le droit de dévoiler tous ces faussaires, à la prochaine incartade. Un voleur averti en vaut…!

LA RÉDAC