contact@enquetemedia.org

AIGF:Des milliards «gérés» sur haute fréquence par le Top management !

Partager l'article :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

L’AIGF (l’Agence Ivoirienne de Gestion des Fréquences radioélectriques) est une société d’état qui a à sa tête un Conseil d’Administration, une Direction Générale et un budget autonome constitué à partir de recouvrements chez les opérateurs et les utilisateurs de fréquences radioélectriques. Cependant le budget de l’AIGF n’est connu que du Directeur Général, du Directeur Financier et de trois de ses proches collaborateurs de la Direction des Finances et de la Comptabilité. Aucun membre du comité de direction ne peut dire avec exactitude le budget de l’AIGF. Tout simplement parce que qu’il n’y’a pas de conférence budgétaire. Grosse fumée noire autour d’un budget ! Révélations inédites.

De la Direction des Finances et de la Comptabilité

Le train de vie du Directeur des Finances et de la Comptabilité (DFC) n’est rien d’autre que la résultante du pillage systématique de l’Agence Ivoirienne de Gestion des Fréquences (AIGF).  Le DFC se bâtit une villa dont nous détenons la maquette : 337 millions FCFA hors taxes. C’est bien le budget hors taxes de ce chalet Suisse. Il voyage régulièrement en France, aux États-Unis et au Maroc…en business class, au mépris du décret du Premier Ministre qui oblige les directeurs à voyager en classe Eco.  Les séjours dans ces différentes villes sont si couteux et si luxueux qu’il faut s’inquiéter pour l’AIGF qui en supporte les frais. Les preuves de ces voyages existent (fiches et ordres de missions, billet d’avions air France).Emissions frauduleuses de chèques : c’est l’affaire du Service Autonome de la Trésorerie. C’est bien son chef, Touré Muamo Hamed, qui confirme aux banques de l’AIGF tous les mouvements bancaires. Un passionné et amateur des « engraissements », il procède à l’insu de tous à des paiements et confirmations des chèques remis à des sociétés fictives. Comment pourrait-il justifier l’acquisition en deux ans et pour près de 190 millions F CFA de deux villas duplex dont l’une près du CHU d’Angré et l’autre à Bassam ? Les auditeurs devraient pousser les pions un peu plus loin que la paperasse qui a commencé à être broyée à l’AIGF. De plus, l’AIGF dans son fonctionnement n’a pas de système d’archivage, tous les documents sont systématiquement détruits alors qu’ils doivent être conservés au moins 5 ou 10 ans. Où sont passés les différents chèques émis par l’AIGF depuis sa création ? Une piste pour les auditeurs.L’agence a contracté, à ce jour, différents prêts auprès d’établissements bancaires et financiers dont : ECOBANK, SGBCI, UBA et Alios Finances. Quelles sont les raisons pour lesquelles ces prêts ont été contractés ? Quels sont les projets en cours ou en vue qui les justifient ? Le comité de direction est étranger à toutes ces informations financières sensibles de la boîte.

Emission des chèques à des sociétés fictives… Non-exécution des marchés

Des centaines de millions ont été versés à des sociétés fictives qui n’ont jamais exécuté de marchés à l’AIGF. La technique est simple. La DFC fait des chèques au nom de réelles sociétés sans passer par marché public, appel d’offre. Les chèques libellés en général sont de 99 millions sans atteindre les 100 millions qui obligent à un appel d’offre. L’autre technique, non moins rocambolesque, est de prendre des sociétés qui ont bénéficié de marchés et émettre des chèques en leur nom en complicité avec les responsables de ces structures. Enfin, des sociétés écrans sont créées et à qui des chèques sont établis. Un cas flagrant de conflit d’intérêt. (Nous gardons volontiers de ne citer ces sociétés pour le moment)

Le projet SGCAS, les sociétés fictives d’exécution.

Le projet système de gestion et de contrôle automatisé (Sgcas) aura couté plus de 1 milliard 500 millions F CFA pour sa réhabilitation. Aujourd’hui ce projet est inopérant. Tout le monde savait que ce projet ne pouvait aboutir mais la DFC s’est entêtée pour l’engager. Le chef de la Direction des Finances et de la Comptabilité (DFC), Bamba Ali a, à cet effet, effectué des voyages en Israël. Ce projet qui n’a jamais vu le jour a été remplacé par un autre en fin de compte. Il s’agit en réalité de détournement de deniers publics. Une autre piste pour les auditeurs.

Le projet RNI, le fichier fictif de RNI

Les utilisateurs RNI ne sont connus que par la DFC. En effet, la Direction Nationale de Gestion des Fréquences (DGF) censée piloter ce projet a son fichier qui est différent de celui de la DFC. Car la DFC fait passer pour douteux ou inexistants de nombreux clients de l’AIGF. En conséquence, dans le rapport financier, de nombreux clients ne sont pas pris en compte. La DCS qui est censée contrôler pour s’assurer que ces clients paient est l’alliée de la DFC pour masquer cette irrégularité. Certains sont sommés de ne pas dénoncer ceux qui ne paient pas. En retour une entente directe existe entre les différentes parties pour le partage des commissions et recettes obtenues « frauduleusement ».

L’assurance maladie et globale dommage, provisions pour départ à la retraite, la retraite complémentaire.

Ce Marché plus que juteux a été confié à un proche de Bamba Ali. Ici la manœuvre consiste à faire passer ces marchés en appels d’offres truqués. Mais les montants effectivement payés sont différents du montant de l’appel d’offre. Pour l’assurance, la justification vient aisément des incorporations et de la consommation imaginaires. Il en est de même pour la globale dommage et des assurances pour les véhicules. Les provisions pour les départs à la retraite sont faites mais ne laissent aucune trace dans aucune banque ou assurance. Conséquences : les départs des retraités sont compliqués car les droits sont payés avec au moins un an ou six mois de retard. En clair, il s’agit d’une technique de détournements de deniers publics. Ces fonds n’existent nulle part.

4 milliards FCFA de masse salariale

A propos, la DFC a toujours soutenu que la masse salariale de l’AIGF est de 4 milliards FCFA. Ce depuis 2014. Alors que de nombreux départs à la retraite et décès ont été constatés. Les salaires mensuels sont de 145 millions F CFA et au plus 150 millions F CFA, selon nos investigations. Ce qui donne un salaire annuel de 1Milliard 500 millions FCFA tout au plus. Si à cela s’ajoutent les charges sociales, la masse salariale sera au plus de 2 Milliards 500 millions F CFA. C’est au moins un Milliard F CFA qui est camouflé annuellement sous la « menterie » de la masse salariale. Un conflit qui a toujours opposé la DFC à la DRH sur la question. Cette surestimation a justifié la violation des droits des salariés et la réduction de leurs salaires, primes et avantages et a freiné le recrutement d’agents pour renforcer l’équipe AIGF qui est en sous-effectif notamment au niveau technique.Créée par l’ordonnance numéro 2012-293 du 21 mars 2012, l’Agence ivoirienne de gestion des fréquences radioélectriques (AIGF) est née des cendres de l’Agence des télécommunications de Côte d’Ivoire (ATCI) et du Conseil des télécommunications de Côte d’Ivoire (CTCI), dans le cadre de la réorganisation du secteur national des télécommunications. 

LA REDACTION