contact@enquetemedia.org

Attentat de Grand-Bassam/ Une mascarade à l’ivoirienne (Épisode 1)

Partager l'article :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Le 13 mars 2016, toutes les caméras du monde entier étaient tournées vers la Côte d’Ivoire. Et pour cause…
Aux environs de 13h, un commando débarque sur la station balnéaire de Grand-Bassam et fait de nombreuses victimes.
2022, que s’est il passé?
S’agit-il d’un commando terroriste?
Qui est le l’organisateur de l’attaque?
A quelles fins?
Où sont les suspects annoncés arrêtés?

Enquête Media vous invite à une série de 4 épisodes pour faire la lumière.

Mr Alhassane OUATTARA, patron de l’hôtel Wharf , dans son témoignage a RFI en 2018, en rappelant les faits, affirme qu’ il a vu 2 individus qui se sont installés au restaurant « le Canal beach » pour boire et s’enivrer. “Quand ils étaient assez avancés”, il se sont levés et ont commencé à tirer sur les autres clients. Puis se sont dirigés vers l’Etoile du Sud où, dit-il, les présumés djihadistes croyaient trouver des Américains qui étaient en ce moment en villégiature dans la zone pour une cérémonie. De lui, on sait qu’il y avait au minimum un soldat français du 43e BIMA installé à Abidjan, qui était dans la zone, mais surtout que cet élément se baladait avec son arme qui était (vraisemblablement) un pistolet mitrailleur. Ce dernier a donc repoussé les assaillants… à lui seul…
Parmi les témoignages sur les chaînes étrangères, il y a MR P. Collins, propriétaire de l’hôtel « la Nouvelle Paillote », qui donne un détail intéressant: ces terroristes voyaient les gens fuir, tiraient sur ceux à portée, mais en aucun moment, n’ont cherché à entrer “dans les murs” , c’est à dire dans les chambres et toilettes où ils pouvaient “arroser” du monde. Puis, plus interessant, MR Collins rapporte ceci : “ les assaillants savaient que les commandos ou la police arriveraient ; ils les attendaient, ils se sont mis en position en prenant soin de disposer leurs munitions pour affronter l’assaut’’.
Cependant, des témoins, et non des moindres , ont suivi les événements en direct. Plusieurs témoins donc évoquent le chiffre de 6 assaillants, sinon plus. Ces anonymes ont décrit des scènes d’horreur vécues en direct.
Selon le communiqué final, 19 personnes tuées , dont 3 membres des forces spéciales:
** ABASSI OUATTARA MOUSSA
**GERVAIS KOUADIO NGUESSAN
**AHMED DIOMANDE.
Le Procureur Richard ADOU a évoqué des complicités internes qui ont donné gîtes et couverts aux assaillants…

De qui s’agit-il? De quoi s’agit-il?

L’enquête qui a été très rapide, a donné des conclusions qui laissent à réfléchir…
Des 19 victimes recensées sur place, on sait par les témoins qu’un seul djihadiste est mort : il a été abattu par ses pairs alors qu’il était blessé, et blessé par une rafale de ses condisciples. A ce jour, aucun djihadiste ayant participé à l’attaque n’a ni été interpellé, ni été identifié.
Trois noms ont été lâchés par la Direction de Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI):

~ HAMZA AL-FOULANI (Hamza le combattant peul);
~ ABDERRAHMANE AL-FOULANI (ABDERRAHMANE le combattant peul);
~ ABDERRAHMANE AL-ANSARI (Abderrahmane le combattant ivoirien) et assurément, le chef du commando.
Dans leur fuite, aucune erreur. L’assaillant abattu par les siens, 9 ans plus tard, n’a toujours pas été identifié.
Mais, les **EXPERTS-ABIDJAN** ont pu arrêter une vingtaine de personnes, désignées comme étant des complices. Certains ont été cueillis au Mali voisin, et d’autres ont été arrêtés à Abidjan, soit désignés par ceux arrêtés au Mali, soit lors d’une simple rafle. Ce sont:
1- COULIBALY NATERE ;
EUGÈNE )Gérant de restaurant à Bassam);
2- GUEYE DAME SERIGNE (vendeur antiquaire à Bassam);
3- CISSE MOHAMED (Couturier à ADJOUFOU);
4- YATTARA DICO MOUTOU ( Ménagère à Gonzagueville);
5- CISSÉ SIDI (Commerçant à Bamako arreté au Mali);
6- DIALLO ALI (marchand de bétail, à Port-Bouet);
7- KOUNTA SIDI MOHAMED (Marabout domicilié à Port-Bouet);
8- GUEYE OUMAR, (commerçant domicilié à ADJOUFFOU);
9- KANDIALO MAMADOU (marabout à Port-Bouet);
10- HAIDARA BOUBACAR MAHADI ( marabout à ADJOUFFOU );
11- CISSÉ ALI ( cultivateur domicilié à ADJOUFFOU);
12- ABIDINE SID AMAR ( boutiquier mauritanien à Cocody près de l’hôtel Belle Côte);
13- MOHAMED ABDALLAH ( commerçant à Adiaké);
14- SANKARE HAMA ( Boucher domicilié à port-Bouet);
15- BARRY HASSAN ( chauffeur domicilié à Dabou);
16-HAMZA MOYATA DICKO ( Gérant de boutique à Bouaké quartier Beaufort);
17- BALLA ABDY ( Commerçant à Dabou);
18- ALMAD OULD HAMA ( Gérant de boutique à Dabou);
19- KOUNTA DALLAH ( employé de commerce au Mali);
20- DICKO MIDI ( Boucher à Gossi-Mali);
21- OULD MOHAMED IBRAHIM ( chauffeur à Gossi-Mali);
22- BEN MOHAMED HAMZA (arreté au Mali);
23- ALLOU DOUMBIA ALIAS MAN (revendeur de véhicules à Bamako).

Après enquête, rien n’a été retenu à l’encontre de :
– COULIBALY NATERE
– KOUNTA LALLAL;
– ABIDINE SID AMAR;
– GUEYE DAME SERINE;
– YATTARA DICKO ;
– MOUTOU
– SANKARA HAMA;
– MOHAMED ABDALLAH;
– HAMZA MOYATA DICKO;
– ABDY BALLA;
– AHMAD OULD HAMA;
– CISSÉ SIDI.
Il ressort d’investigations plus approfondies que tous ceux arrêtés ( détenus ou libérés) sont d’origine Peulh… Et, ceux libérés, étaient en majorité des raflés dont les noms étaient des acronymes cités lors de l’enquête. Ils avaient donc été retenus pour nécessités d’enquête…

(suite)

LA RÉDACTION